The « 4p1000 »: following France Minister of Agriculture Stéphane Le Foll / Le « 4p1000 »: sur les traces du ministre de l’Agriculture de France Stéphane Le Foll

(en français à la suite)

At the end of August 2015, I wrote a note to explain the inspirations, publications, and political forces I thought led the French Minister of Agriculture, Stéphane Le Foll, to launch the « 4 per 1000 » declaration of intention. It is arguably the most innovative and forward looking initiative to not only stop greenhouse gases exponential growth, but to reverse it.

The 4p1000.org is an effort by 30 countries and 70 organisations to get a grip on the other half, highly neglected, of the climate crisis: soils. It aims at putting back carbon where it belongs and does the more good, in soils of the Earth. It aims at reversing soil biological degradation caused by ploughing, the disappearance of world faunas, the negative effects of the massive use of inorganic fertilizers. In brief the French initiative is an effort to address soils’ mining that led to the lost of half, or more, of carbon in soils of the world. Indeed, emissions from lands represent more than half GHG emitted by humanity over the last 10’000 years, more than fossil fuels (see data Lal, 2016, Journal of Soil and Water Conservation, Vol 71, No. 1, p. 21A).

My comment, August 20 2015:

Dear Soil-Age Google group,

We have all been surprised by the rather sudden emergence of the French proposition on carbon farming for sequestering GHG. As previously mentioned on soil-age, I personally wrote a letter to the French Special Ambassador to Paris 2015 COP 21, Ms Laurence Tubiana — Ms Tubiana had written a forward to a book I edited in French for the Worldwatch Institute in 2006, and we had a press conference to present the book at IDDRI in Paris. My letter was a call for support of carbon farming as a sequestration tool in negotiations. I was hoping to bring her to consider a geotherapy/climate-smart agriculture that we now refer to as regenerative agriculture or climate-resilient agroecology. My letter referred to four documents: a comment Thomas Goreau sent to Science in February 2015 « Give soils their Due » (with his track record for supporting the agriculture solution); to the important book Geotherapy Goreau co-authored, and its origin in Lyon in 1991; to the second edition of Biochar for Environmental Management with a Tim Flannery’s high consideration for the book (comparing it to Silent Spring and An Inconvenient Truth); to David Montgomery’s book Dirt, the Erosion of Civilisations. My letter also referred to specialized social media sites soil-age on google and soil4climate on Facebook.

My address to Ambassador Tubiana on April 15 was followed shortly after by a working cession between her  and Agriculture Minister Le Foll on the 28th — as of today I have no confirmation, nor infirmation, if my letter had any influence. Tubiana and Le Foll than hosted a commun press conference confirming they would officially launch the « 4 for 1000 » international research and action plan at COP 21. Minister Le Foll had already announced the « 4 for 1000 » at the Third International Carbon-Smart Agriculture meeting in Montpellier a month earlier. The Ministry press communiqué mentioned the 4p1000 as having the potential to reverse global warming.

I thought proudly for a moment my letter might have given traction to carbon farming as a sink to be considered in Paris. Yet I suspected this was a bit much for a simple letter of mine. So I decided to investigate. In fact, the EU and France have been preparing for the introduction of agriculture in carbon markets for some time. It had done so in the framework of its binding obligations when it signed the Kyoto protocol.

LULUCF: a technical and a biological debate

For more than a decade EU countries had been discussing how soils could be used as a sequestration tool. Some might wonder why it has been taking so long? First, there were ways to reduce emissions easy to implement. « Low hanging fruits » as coal power plants replacing them with less polluting energy facilities, or methane gaz use from waste plants to produce electricity. When the EU did a consultation on the topic March – June 2015, the WWF – EU contribution summarized the fears of many NGOs to introduce agriculture and forestry in the EU Emissions Trading System. To the question: « How could an element of flexibility in terms of using credits from land use and land use change and forestry (LULUCF) activities in the climate policy framework be introduced in a way that fully ensure the environmental integrity of the system? », the WWF responded:

« The carbon sink of EU land must not lessen emissions cuts efforts in either the land use sector, or any EU sector. Any mitigation from land use sinks should take EU GHG gas cuts beyond the ‘at least 40%’ target, once emissions cuts have been made in net emissions producing sectors, including agriculture.

The land-use sector’s uniqueness and uncertainty over permanence of credited emissions reductions or removals means that the use of land use sink credits for other sectors is not compatible with the environmental integrity of the EU’s 2030 framework.

The Commission should propose a methodology for separating the sink of land use from the emissions production of all economic activities. EU land use emissions production would then be subject to the 2030 emissions reduction target, and measured against a base year or commitment period. Ambitious policy measures are needed to reduce land use emissions. »

Besides the belief it would bring other sectors as energy to do less to reduce their emissions, the question of measurement and stability keeps coming back among critics. While those fears might be exaggerated, it is true that seasons / land use changes / regions / type of soils, have to be considered. Yet the only technique that is really stable, biochar, has explicitly been excluded for consideration at this point.

We sure have lots of work still to do to have the world using the entire tool box of carbon farming: no-till/cover crops, compost, perennials, agroforestry, biochar, ramial chipped wood (better known in the French speaking countries), terraces/keylines/contour hedgerows, reforestation, holistic grazing management, tropical gardens. The idea of carbon farming as a carbon sink is making progress, but there is still lots of interrogations among proponents of negative emissions technologies or processes for carbon dioxyde removal for the atmosphere and oceans. Often in opposition with geo-engineering propositions, bio-energy with carbon capture and storage (BECCS) and carbon capture and storage (CCS) in mines and fossil fuels wells, carbon farming is competing for attention. BECCS is a strategy contrary to geotherapy, as it often uses GMOs and lands for producing energy instead of food.

While North America has been experimenting with carbon sequestration from LULUCF on voluntary markets — within the Western Climate Initiative of which Québec is a member, and other regional carbon markets — our movement for carbon-smart agriculture/regenerative & restoration carbon farming/geotherapy/climate-resiliant agroecology is very much based on innovative farmers’ experiences and some « non-institutionalized » scientists as Elene Ingham, Jill Clapperton, Australian Christine Jones or Claude & Lydia Bourguignon in France. It involves numerous farmers waking up to realities of big ag., and fighting back. Books like Grass, soil, hope by Courtney White (Quivira Coalition), The Soil Will Save Us by Kristin Ohlson (Ed. Rodale), are at the forefront of this North America’s grass root movement. The Grazing Revolution, Geotherapy, Biochar for Environmental Management, Dirt: The Erosion of Civilization, Albert Bates’ The Biochar Solution, Terra Preta, and a few other books, have given shape to this coming to life soil-age new consciousness. In French besides their amazing and well attended public speeches, and their forward of Bill Mollison’s translation in French, Claude & Lydia Bourguignon’s books including Le sol, la terre et les champs are becoming classics in the field.

Some steps leading to France’s support for carbon farming

October 2002: Mitigation of the greenhouse effect Increasing carbon stocks in French agricultural soils?, INRA, D. Arrouays, J. Balesdent, J.C. Germon, P.A. Jayet, J.F. Soussana, P. Stengel, (eds.) Synthesis of an Assessment Report by the French Institute for Agricultural Research (INRA) on request of the French Ministry for Ecology and Sustainable Development, 33 pages

Quote: « Worldwide, soils contain about 1500 giga-tons of organic carbon. A relatively small increase in these stocks could therefore play a significant role in limiting the net flux of greenhouse gases towards the atmosphere. Changes in land use and agricultural production practices could contribute to this, notably by increasing the magnitude and the duration of organic carbon storage in soils. The residence time of carbon in the soil organic matter is highly variable, as it varies with the rate of carbon mineralization, through which organic carbon is finally returned to the atmosphere in the form of CO2. It is therefore important to determine the potential offered by this pool, as a function of soils, their uses and associated practices. In order to apply the Kyoto Protocol, it is also necessary to know how and with what precision this pool could be measured, and which incentive policies could induce additional accumulations in soils. »

February 2006: Les marchés du carbone, quelle place pour l’agriculture française? / Carbon markets, what place for French Agriculture?, a partnership between Caisse des dépôts, Agence de l’environnement et la maîtrise de l’énergie, 118 pages .

March, 2010: Stéphane Le Foll, current French Minister of Agriculture published as a MP of the EU and rapporteur, a report on EU agriculture and climate change (2009/2157(INI)) for the Committee on Agriculture and Rural Development.

Quote: « Soil conservation with a view to reducing and storing CO2 emissions: agriculture and forestry are the main economic sectors able to capture the CO2 produced by human activities, to accumulate and store carbon in the soil by acting as reservoirs, and to fix carbon in plants through photosynthesis. The CAP (common agriculture policy, EU) must therefore encourage farming practices that limit GHG emissions and/or improve carbon fixation. »

May 2013: DECISION No 529/2013/EU OF THE EUROPEAN PARLIAMENT AND OF THE COUNCIL on accounting rules on greenhouse gas emissions and removals resulting from activities relating to land use, land-use change and forestry and on information concerning actions relating to those activities

Whereas:

1 The land use, land-use change and forestry (‘LULUCF’) sector in the Union is a net sink that removes from the atmosphere an amount of greenhouse gases that is equivalent to a significant share of total Union emissions of greenhouse gases. LULUCF activities cause anthro­pogenic emissions and removals of greenhouse gases as a consequence of changes in the quantity of carbon stored in vegetation and soils, as well as emissions of non-CO2 greenhouse gases. The increased sustainable use of harvested wood products can substantially limit emissions into and enhance removals of greenhouse gases from the atmosphere. Emissions and removals of greenhouse gases resulting from the LULUCF sector are not counted towards the Union’s 20 % greenhouse gas emission reduction targets for 2020 pursuant to Decision No 406/2009/EC of the European Parliament and of the Council of 23 April 2009 on the effort of Member States to reduce their greenhouse gas emissions to meet the Community’s greenhouse gas emission reduction commitments up to 2020, and Directive 2003/87/EC of the European Parliament and of the Council of 13 October 2003 establishing a scheme for greenhouse gas emission allowance trading within the Community, though they count in part towards the Union’s quantified emission limitation and reduction commitments pursuant to Article 3(3) of the Kyoto Protocol to the United Nations Framework Convention on Climate Change (‘UNFCCC’), approved by Council Decision 2002/358/EC.

2 In the context of moving to a competitive low-carbon economy in 2050, all land use should be considered in a holistic manner and LULUCF should be addressed within the Union’s climate policy.

3 Decision No 406/2009/EC requires the Commission to assess modalities to include greenhouse gas emissions and removals resulting from activities relating to LULUCF into the Union’s greenhouse gas emission reduction commitment, whilst ensuring the permanence and environmental integrity of the contribution of the sector, and providing for accurate monitoring and accounting of the relevant emissions and removals. This Decision should, therefore, as a first step, set out accounting rules applicable to greenhouse gas emissions and removals from the LULUCF sector and thereby contribute to policy development towards the inclusion of the LULUCF sector in the Union’s emission reduction commitment, as appropriate.

June 2014: created in 2001, France’s Groupement d’Intérêt scientifique Sol (GIS Sol composed of ADEME, INRA, MAAF, MEDDE, IRD, IGN) published (an enthusiast) 28 pages brochure on carbon farming potential, with clear desire to influence COP 21.

March 16 – 18, 2015: Montpellier hosts Carbon-Smart Agriculture Conference. Stéphane LE FOLL announces the 4 per 1000 research and action plan to improve the soil organic carbon by 4 grams per 1000 grams per year in soils of the world.

March 26 – June 18, 2015: Consultation on addressing greenhouse gas emissions from agriculture and LULUCF in the context of the 2030 EU climate and energy framework. 100 citizens, Research Academy, NGOs, Trade business association, Governments present their views.

April 28, 2015: Minister Le Foll and Special Ambassador to COP 21 Laurence Tubiana host a press conference on the 4 for 1000 grams of carbon/year French proposition.

June 27, 2015: The Carbon Management Sequestration Center hosts French Agriculture Minister Stéphane Le Foll and his delegation. As part of his visit, the Minister gave a talk, “Research on Carbon Sequestration in Soils: A Priority for France” in Columbus on The Ohio State University campus. He also visited David Brandt farms, 1,200 acres in central Ohio’s Fairfield County. David Brandt is a pioneer of innovative farming in particular using continuous no-till practices since 1971 and using cover crops to improve soil and water quality. In September Le Foll invites Brandt to present his achievements at a OECD COP 21 preparatory meeting in Paris.

July 28, 2015: BloombergBusiness announces, « France Backs Soil Carbon Plan Ahead of Climate Summit »

December 1st 2015: signing of the 4p1000 in Paris, at the start of COP 21. Further developments are being prepared for COP 22.

Quote:  « Building on solid, scientific documentation and concrete action on the ground, the ‘4‰ Initiative: soils for food security and climate’, aims to show that food security and combating climate change are complementary and to ensure that agriculture provides solutions to climate change. This initiative consists of a voluntary action plan under the Lima Paris Agenda for Action (LPAA), backed up by a strong and ambitious research program. »

March 17, 2016: soil4climate organized a conference at Washington DC press club. A delegation of soil4climate supporting the French 4p1000 is later received at the French Embassy.

CARBONTOSOIL 2016 — Why just reduce climate change? (on 4p1000.org site):

Quote: «  The OBJECTIVE is to accelerate the restoration of soils in order to reverse global warming before its effects are irreversible, and to ensure food security by supporting regenerative agricultural methods. »

July 2016: creation of a international consortium for the food security and climate 4 per 1000 lead by the French government…

July 20, 2016: REGULATION OF THE EUROPEAN PARLIAMENT AND OF THE COUNCIL on the inclusion of greenhouse gas emissions and removals from land use, land use change and forestry into the 2030 climate and energy framework and amending Regulation No 525/2013 of the European Parliament and the Council on a mechanism for monitoring and reporting greenhouse gas emissions and other information relevant to climate change.

Quote: « The Paris Agreement was adopted in December 2015 at the 21st Conference of the Parties of the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC). The Agreement includes a long-term goal and spells out that the contribution from land use and forests in reaching the long term climate mitigation objectives will be critical. (…) Environmental integrity always needs to be kept in mind when considering options allowing the enhanced use of flexibility. Mitigation activities in LULUCF should result in additional, measurable and sustainable enhancement of carbon sinks. »

A change of civilisation

At the beginning of 2015, many long time observers of international negotiations feared the lands sector would, once again, not be given the space it deserved at COP 21 in Paris. Rather suddenly the 4p1000 declaration of intentions changed all that. It gave reasons to celebrate to long time proponents of this solution, as organic farmer André Leu, or Dr. Thomas Goreau that proposed such an approach in Nature… in 1987! With 2015 being the year of soils, we might have cross a threshold — some would say a wall of ignorance on soils — that was holding back progress on climate and food security.

Dave Montgomery in his book Dirt: the Erosion of Civilisations, makes clear that most civilisations to this day, have at best underestimated the soils life web, its place in the carbon cycle, the power of soil4climate. Looking far ahead, documentary producer John Liu and permaculture specialist Goeff Lawton, declare in ‘Green Gold’ that in fact, almost oddly, with new knowledge, paradise might be at hand! Indeed for the first time, humanity knows how to reverse human-caused desertification.

Could the climate crisis be turned into an opportunity? A soil-age renaissance. An opportunity for new civilisations, based on scientific understanding of natural ecosystems, soils’ biology, the co-evolution of soils and fauna, the carbon cycle. Such a scenario becomes increasingly possible thanks to carbon farming, permaculture, biochar, holistic grazing management, and, a rapid diffusion of knowledge and new understandings through internet. If such a scenario becomes reality, there is no doubts that the 4per1000 declaration and initiative, and Minister Stéphane Le Foll leadership, will have play a major role in encouraging a new agriculture for the rising of new civilisations.

(version en français)

Le « 4p1000 »: 

sur les traces du ministre de l’Agriculture de France Stéphane Le Foll

À la fin d’août 2015, je rédigeais une note pour expliquer les inspirations, les publications, et le forces politiques qui menèrent selon moi le ministre de l’Agriculture de la France Stéphane Le Foll, à lancer la déclaration d’intention « 4 pour 1000 ». C’est possiblement l’initiative la plus innovante et avant-gardiste pour non seulement arrêter la croissance exponentielle des gaz à effet de serre, mais pour l’inverser.

Le 4p1000.org est un effort de 30 pays et 70 organismes pour prendre en main l’autre moitié, fortement négligée, de la crise climatique: les sols. Elle vise à remettre le carbone là ou il est à sa place, et a un effet très positif, dans les sols de la Terre. Il a pour objectif d’inverser la dégradation biologique des sols causée par la généralisation du labour, la disparition de la faune dans le monde, les effets négatifs de l’utilisation d’engrais inorganiques. En bref, l’initiative française est un effort pour répondre à l’approche extractive des sols qui mena à la perte de la moitié, ou plus, de leur contenu en carbone dans le monde. En effet, les émissions de GES des terres représentent plus de la moitié des GES émis par l’humanité depuis 10’000 ans, davantage que les carburants fossiles (voir les données Lal, 2016, Journal of Soil and Water Conservation, Vol 71, No. 1, p. 21A).

Mon commentaire, le 20 août 2015:

Cher Groupe Google Soil-Age,

Nous avons tous été surpris par l’émergence plutôt soudaine de la proposition française pour la séquestration de GES par l’agriculture à base de carbone. Comme cela a précédemment été mentionné sur le groupe soil-age, j’ai personnellement écrit une letter à l’Ambassadeur spécial de la France à la COOP 21, Mme Laurence Tubiana — Mme Tubiana avait rédigé une préface au livre L’État de la planète 2006 de l’Institut Worldwatch dont j’étais l’éditeur en français et nous avions présenté l’ouvrage à l’IDDRI qu’elle dirigeais. Ma lettre était un appel pour l’agriculture à base de carbone comme outil de séquestration des GES dans le cadre des négociations de Paris 2015. Mon espoir: la convaincre de considérer une géothérapie/une agriculture intelligente pour le climat à laquelle nous référons aujourd’hui sous l’appellation agriculture régénérative ou agro-écologie résiliante au climat. Ma lettre faisait référence à trois documents: un commentaire de Thomas Goreau à la revue Science en février 2015 sous le titre ‘Give Soils their Due’ (avec l’historique de son soutien à l’agriculture à base de carbone); au livre important Geotherapy dont Goreau est un co-auteur et qui a ses origines à Lyon en 1991; à la deuxième édition du livre Biochar for Environmental Management avec une introduction très révérencieuse de Tim Flannery (il y compare l’ouvrage à Silent Spring et à An Inconvenient Truth de Al Gore); au livre de David Montgomery Dirt, the Erosion of Civilisations. Ma lettre faisait aussi référence aux médias sociaux spécialisés soil-age sur Google et soil4climate sur Facebook.

Mon appel à l’Ambassadeur Tubiana le 15 avril fut suivi par une cession de travail entre elle et le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll le 28 — à ce jour je n’ai aucune confirmation, ou infirmation, que ma lettre eut joué un rôle. Tubiana et Le Foll firent ensuite une conférence de presse confirmant le lancement officiel à la COP 21 de l’initiative pour la recherche et le plan d’action « 4 pour 1000 » — le « 4 pour 1000 » fut annoncé pour la première fois à la Troisième rencontre internationale pour l’agriculture intelligente à Montpellier, un mois plus tôt. Le communiqué de presse du ministre précisait que le 4 pour 100 a le potentiel d’inverser le réchauffement planétaire.

Pendant un moment je me suis imaginé fièrement que ma lettre pouvait avoir donné de l’adhérence à l’idée d’utiliser l’agriculture à base de carbone comme puits de carbone. Mais je soupçonnais que cette idée était un peu beaucoup pour une simple lettre de ma part. J’ai donc décidé de faire une recherche. En fait, l’Union européenne et la France étaient en préparation pour introduire l’agriculture dans les marchés du carbone depuis des années. Elles le faisaient dans le cadre de ses obligations liées au protocole de Kyoto.

Usage des terres, changement d’affectation des terres et foresterie (UTCATF):  un débat technique et biologique

Depuis plus d’une décennie l’Union européenne discute comment les sols pourraient être utilisés comme outil de séquestration. Certains se demandent peut-être: pourquoi prendre autant de temps? Tout d’abord, d’autres façons de réduire les GES étaient disponibles. « Des fruits faciles à cueillir » comme le remplacement de centrales au charbon par des installations moins polluantes, ou l’usage de gaz méthane de déchetteries pour produire de l’électricité. Lorsque l’UE fit une consultation sur le sujet en mars-juin 2015, la contribution du WWW – Europe résuma bien les craintes de nombreuses ONGs concernant l’introduction de l’agriculture et de la foresterie dans le système d’échange d’émissions de l’Union Européenne. À la question: « Comment un élément de flexibilité par l’usage de crédits UTCATF pourrait être introduit d’une manière assurant complètement l’intégrité environnementale du système? » le WWF écrit:

« Le puits de carbone de l’UE ne doit pas réduire les efforts ni dans le secteur des terres, ni dans d’autres secteurs dans l’Union européenne. Toute réduction issue des puits liés à l’usage des terres devrait amener les GES de l’UE au delà de l’objectif ‘d’au moins 40%’, une fois les réductions faites dans les secteurs producteurs d’émissions nettes, incluant l’agriculture.

Le caractère unique du secteur des terres et les incertitudes concernant la permanence des crédits de réduction ou de séquestration signifie que l’usage de crédits issus de puits liés à l’usage des terres pour d’autres secteurs, n’est pas compatible avec l’intégrité environnementale du cadre de l’Union européenne pour 2030.

La Commission devrait proposer une méthodologie pour séparer le puits lié à l’utilisation des terres de la production d’émissions de tous les autres secteurs. Les émissions liées à l’usage des terres dans l’Union européenne seraient assujetties aux objectifs de réduction d’émission pour 2030, et mesurées en fonction d’une année de référence ou une période d’engagement. Des mesures ambitieuses associées à des politiques sont nécessaire pour réduire les émissions liées aux terres. »

Outre la crainte que le secteur des terres puisse amener d’autres secteurs comme l’énergie à en faire moins pour réduire leurs émissions, la question de comment mesurer, et de la stabilité du carbone dans les sols, continuent d’émerger parmi les critiques. Bien que ces craintes sont peut-être exagérées, il est vrai que les saisons / les changements d’usage des terres / les régions / les types de sols, doivent être considérés. Or la seule technique qui soit réellement stable, le biochar, a explicitement été exclu pour l’heure.

Nous avons réellement encore beaucoup de travail pour que la boîte à outil de l’agriculture à base de carbone soit utilisée: l’agriculture sans labour & l’agriculture sous couvert végétal (plantes de couverture), le compost, le passage de plantes annuelles à des vivaces, l’agro-foresterie, le biochar, le bois raméal fragmenté (mieux connu dans les pays francophones), terraces/sous-soleuse keylines Yeoman, les haies de contour, la reforestation, la gestion holistic des élevages, les jardins tropicaux. L’idée de l’agriculture à base de carbone comme puits fait des progrès. Mais de nombreuses interrogations subsistent parmi ceux qui proposent des technologies ou des processus pour extraire le dioxyde de carbone de l’atmosphere et des océans. Souvent en opposition aux propositions des géo-ingénieurs, l’énergie de biomasse avec captation et séquestration du carbone (en anglais BECCS) et la captation et séquestration (en anglais CCS) dans des mines et de puits de carburants fossiles, l’agriculture à base de carbone entre en concurrence pour attirer l’attention. BECCS et le geo-engineering est souvent présenté en opposition à l’approche ‘géo-thérapeutique’ parce qu’elle fait usage d’organismes génétiquement modifiés et qu’elle produit de l’énergie au détriment de la nourriture.

Alors que l’Amérique du Nord expérimente avec la séquestration par les sols sur des marchés volontaires— à l’intérieur du Western Climate Initiative auquel le Québec participe et dans d’autres marchés régionaux du carbone — notre mouvement pour une agriculture à base de carbone intelligente/agriculture à base de carbone régénératrice et restauratrice/géo-thérapie/agro-écologie résiliante au climat s’appuie fortement sur les expériences d’agriculteurs innovants et des scientifiques ‘non-institutionnels’ comme Elene Ingham, Jill Clapperton, l’Australienne Christine Jones ou en France Claude et Lydia Bourguignon. Il réunit de nombreux agriculteurs prenant conscience des réalités entourant big ag., et offrant une résistance. Des livres comme Grass, soil, hope par Courtney White (Quivira Coalition), The Soil Will Save Us par Kristin Ohlson (Ed. Rodale), sont à l’avant garde du mouvement de base nord américain. The Grazing Revolution, Geotherapy, Biochar for Environmental Management, Dirt: The Erosion of Civilization, Terra Preta, The Biochar Solution de Albert Bates et quelques autres livres ont donné un cadre à ce mouvement naissant de ‘l’âge des sols’. En français à coté des leurs formidables et très courues conférences, de leur préface à la traduction en français du livre du fondateur de la permaculture Bill Mollison, les livres de Claude et Lydia Bourguignon, dont Le sol, la terre et les champs, deviennent des classiques.

Quelques étapes ayant mené au soutien de la France à l’agriculture à base de carbone

Octobre 2002: Mitigation of the greenhouse effect

Increasing carbon stocks in French agricultural soils?, INRA, D. Arrouays, J. Balesdent, J.C. Germon, P.A. Jayet, J.F. Soussana, P. Stengel, (eds.) Synthèse d’un rapport d’évaluation par l’Institut national pour la recherche en agriculture sur demande du ministère pour l’Écologie et le Développement durable, 33 pages.

Citation: « Les sols mondiaux contiennent de l’ordre de 1 500 milliards de tonnes de carbone organique. Une augmentation, même minime en valeur relative, de ce stock, pourrait donc jouer un rôle significatif dans la limitation du flux net de GES vers l’atmosphère. Des changements dans l’usage des sols et dans les pratiques de production végétale peuvent y contribuer, en particulier en accroissant la durée de stockage du carbone organique dans les sols. Très variable, celle-ci dépend de la vitesse du processus de minéralisation par lequel le carbone organique est finalement restitué à l’atmosphère sous forme de CO2. Il est donc important de connaître le potentiel offert par ce puits, selon les sols, leurs usages et les pratiques associées. Pour l’application du Protocole de Kyoto, il est par ailleurs nécessaire de savoir comment et avec quelle précision ce puits pourrait être comptabilisé et quelle politique d’incitation pourrait induire un stockage additionnel. »

February 2006: Les marchés du carbone, quelle place pour l’agriculture française?, un partenariat entre la Caisse des dépôts, Agence de l’environnement et la maîtrise de l’énergie, 118 pages .

Mars, 2010: Stéphane Le Foll, le présent ministre de l’Agriculture de France, en tant que député européen et rapporteur, publier un rapport du l’agriculture dans l’Union européenne et les changements climatiques (2009/2157(INI)) pour le Comité sur l’agriculture et le développement durable.

Citation: « La conservation des sols avec l’intention de réduire et de stocker les émissions CO2: l’agriculture et la foresterie sont les principaux secteurs économiques capables de capturer le CO2 produit par les activités de l’humanité, d’accumuler et de séquestrer le carbone dans les sols en agissant comme un réservoir, et capables de fixer le carbone dans les plantes par la photosynthèse. La PAC (politique agricole commune) doit donc encourager les pratiques agricoles limitant les émissions de GES et/ou améliorant la fixation de carbone. »

Mai 2013: DÉCISION (UE) No 529/2013 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 21 mai 2013 relative aux règles comptables concernant les émissions et les absorptions de gaz à effet de serre résultant des activités liées à l’utilisation des terres, au changement d’affectation des terres et à la foresterie et aux informations concernant les actions liées à ces activités

Considérant:

  1. Le secteur de l’utilisation des terres, du changement d’affectation des terres et de la foresterie («UTCATF») de l’Union est un puits net qui élimine de l’atmosphère une quantité de gaz à effet de serre correspondant à une part significative des émissions totales de gaz à effet de serre de l’Union. Les activités UTCATF donnent lieu à des émissions et des absorptions anthropiques de gaz à effet de serre consécutives aux variations de la quantité de carbone stockée par la végétation et les sols, ainsi qu’à des émissions de gaz à effet de serre autres que le CO2. L’accroissement de l’utilisation durable des produits ligneux récoltés peut limiter fortement les émissions et renforcer l’absorption des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Les émissions et les absorptions de gaz à effet de serre résultant du secteur UTCATF ne sont pas comptabilisées dans les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % que l’Union s’est engagée à atteindre d’ici à 2020 en vertu de la décision no 406/2009/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2009 relative à l’effort à fournir par les États membres pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre afin de respecter les engagements de la Communauté en matière de réduction de ces émissions jusqu’en 2020 et de la directive 2003/87/CE du Parlement européen et du Conseil du 13 octobre 2003 établissant un système d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre dans la Communauté, bien qu’elles soient en partie prises en compte aux fins du respect des engagements chiffrés de l’Union en matière de limitation ou de réduction des émissions en vertu de l’article 3, paragraphe 3, du protocole de Kyoto (ci-après dénommé «protocole de Kyoto») à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques («CCNUCC»), approuvé par la décision 2002/358/CE du Conseil.
  2. Dans le contexte du passage à une économie compétitive à faible intensité de carbone en 2050, il convient d’envisager toutes les utilisations des terres de manière globale et d’aborder l’UTCATF dans le cadre de la politique climatique de l’Union.
  3. La décision no 406/2009/CE exige que la Commission évalue les modalités de l’inclusion des émissions et des absorptions de gaz à effet de serre résultant d’activités liées à l’UTCATF dans l’engagement de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’Union, tout en assurant la permanence et l’intégrité environnementale de la contribution du secteur, ainsi qu’un suivi et une comptabilisation précis des émissions et absorptions pertinentes. La présente décision devrait dès lors, dans un premier temps, définir des règles comptables applicables aux émissions et aux absorptions de gaz à effet de serre résultant du secteur UTCATF et contribuer ainsi à l’élaboration d’une politique allant dans le sens d’une intégration du secteur UTCATF dans l’engagement de réduction des émissions de l’Union, en tant que de besoin, tout en prenant en considération les conditions environnementales dans les différentes régions de l’Union, y compris, notamment, dans les pays à forte densité de forêts. Il convient également, afin d’assurer dans l’intervalle la préservation et le développement des stocks de carbone, que la présente décision prévoie que les États membres fournissent des informations sur leurs actions UTCATF pour limiter ou réduire les émissions et pour maintenir ou renforcer les absorptions résultant du secteur UTCATF.

Juin 2014: créé en 2001, le Groupement d’Intérêt scientifique Sol (GIS Sol composé de ADEME, INRA, MAAF, MEDDE, IRD, IGN) publie (avec enthousiasme) une brochure de 28 pages  sur l’agriculture à base de carbone, avec la volonté claire d’influencer la COP 21.

Le 16 mars 2015, le ministre de l’Agriculture de France, Stéphane Le Foll annonce l’initiative 4 pour 1000 projet de recherche/action, alors que Montpellier est l’hôte de la Conférence sur l’agriculture climato-intelligente (climate-smart agriculture).

26 mars – 18 juin 2015: Consultation concernant l’enjeu des GES liés à l’agriculture et le secteur de l’utilisation des terres, du changement d’affectation des terres et de la foresterie («UTCATF») dans le cadre de la stratégie de l’UE pour 2030. 100 citoyens, Académies de recherche, ONGs, Association de commerce et gouvernements présentèrent leur position.

Le 28 avril 2015, le ministre de l’Agriculture de France et l’Ambassadeur spécial à la COP 21 Laurence Tubiana sont l’hôte d’une conférence de presse conjointe sur le 4 pour 1000 grammes par année, une initiative de la France.

27 juin 2015: Le Carbon Management Sequestration Center reçoit le ministre de l’Agriculture de France, Stéphane Le Foll, et sa délégation. Durant sa visite, le ministre fait une présentation intitulée « Recherche pour la séquestration de carbone dans les sols: une priorité pour la France » à Columbus sur le campus de l’Université d’État de l’Ohio. Il visite la ferme de David Brandt de 1200 acres dans le Comté de Fairfield. David Brandt est un pionnier de l’agriculture innovatrice, en particulier par l’agriculture sans labour depuis 1971 et en faisant usage de plantes de couverture pour améliorer ses sols et la qualité de l’eau. En septembre, Le Foll invite Brandt à faire une présentation de ses réalisations dans une réunion préparatoire à la COP 21 de l’OCDE à Paris.

Le 28 juillet 2015: BloombergBusiness annonce, « La France soutient un plan pour le carbone basé sur les sols en prévision du sommet sur le climat ».

Le 1er décembre 2015: signature du 4p1000 à Paris, au début de la COP 21. D’autres développements sont en préparation pour la COP 22.

Citation:  4 ‰ est le taux de croissance annuel du stock de carbone dans les sols qui permettrait de stopper l’augmentation actuelle du CO2 dans l’atmosphère. Ce taux de croissance n’est pas une cible normative pour chaque pays, mais vise à illustrer qu‘une augmentation, même infime, du stock de carbone des sols (agricoles, y compris les prairies et pâtures, et forestiers) est un levier majeur pour participer au respect de l’objectif de long terme de limiter la hausse des températures. L’initiative 4 pour 1000, lancée par la France, consiste à fédérer tous les acteurs volontaires du public et du privé (États, collectivités, entreprises, organisations professionnelles, ONG, établissements de la recherche,…) dans le cadre du Plan d’action Lima-Paris. »

17 mars, 2016: soil4climate organise une conférence au Club de la presse à Washington DC  Une délégation de l’association est ensuite reçue à l’ambassade de France où elle manifeste son soutien au 4p1000.

CARBONTOSOIL 2016 — Pourquoi se limiter à réduire le réchauffement climatique? (sur le site du 4p1000.org):

Citation: «  L’objectif est d’accélérer la restoration des sols pour inverser le réchauffement climatique et assurer la sécurité alimentaire en apportant notre soutien aux méthodes de l’agriculture de régénération. »

Juillet 2016: création d’une consortium international pour la sécurité alimentaire et le climat par l’initiative 4 pour 1000 du gouvernement français…

20 juillet 2016: RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relatif à la prise en compte des émissions et des absorptions de gaz à effet de serre résultant de l’utilisation des terres, du changement d’affectation des terres et de la foresterie dans le cadre d’action pour le climat et l’énergie à l’horizon 2030 et modifiant le règlement (UE) n° 525/2013 du Parlement européen et du Conseil relatif à un mécanisme pour la surveillance et la déclaration des émissions de gaz à effet de serre et pour la déclaration d’autres informations ayant trait au changement climatique.

Citation: « Le Protocole de Paris a été adopté en décembre 2015 lors de la vingt et unième conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Cet accord prévoit un objectif à long terme et explique clairement que l’utilisation des terres et les forêts joueront un rôle déterminant pour la réalisation des objectifs à long terme en matière d’atténuation du changement climatique. (…) L’intégrité environnementale ne doit jamais être perdue de vue lors de l’examen des différentes options autorisant un recours accru aux assouplissements. Les mesures d’atténuation dans le secteur UTCATF devraient se traduire par un renforcement supplémentaire, quantifiable et durable des puits de carbone. »

Un changement de civilisation

Au début de 2015, de nombreux observateurs de longue date des négociations internationales craignaient que le secteur des terres soit une fois de plus négligé dans le cadre de la COP 21 à Paris. Soudainement la déclaration d’intentions est venue changer tout cela. Le 4p1000 donna des raisons de célébrer à ceux proposant de longue date cette stratégie comme l’agriculteur bio André Leu ou le Dr. Thomas Goreau dont la proposition dans Nature date… de 1987! 2015 était l’année des sols et nous avons peut-être franchi un seuil — certains parleraient d’un mur d’ignorance — qui empêchait de progresser dans notre lutte au réchauffement climatique.

Dans son livre Dirt: the Erosion of Civilisations, Dave Montgomery que la majorité des civilisations à ce jour ont au mieux sous-estimé la toile vivante des sols, son rôle dans le cycle du carbone, le pouvoir de soil4climate et les promesses d’un âge des sols. En regardant loin devant, le documentariste John Liu et le spécialiste de la permaculture Goeff Lawton, déclare dans le documentaire Green Gold qu’en réalité, presque curieusement, avec les nouvelles connaissances, le paradis pourrait être à notre portée! En effet pour la première fois, l’humanité sait inverser la désertification qu’elle a causée.

La crise climatique peut-elle être transformée en opportunité? Une opportunité pour de nouvelles civilisations, appuyant ses actions sur une compréhension scientifique des écosystèmes naturels, de la biologie des sols, de la co-évolution des sols et de la faune, du cycle du carbone. Un tel scénario gagne en crédibilité grâce à l’agriculture à base de carbone, la permaculture, le biochar, la gestion holistic des pâturages, et, une diffusion rapide des savoirs et des nouvelles connaissances grâce à Internet. Si un tel scénario devient réalité, il ne fait aucun doute que la déclaration et l’initiative du 4p1000, et le leadership du ministre Stéphane Le Foll, auront joué un rôle majeur en encourageant une nouvelle agriculture pour l’émergence de nouvelles civilisations.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s