32) Towards a Geotherapy Institute? // Vers la création d’un Institut pour une géothérapie? (en français plus bas)

In recent weeks, the idea of creating a Geotherapy Institute has re-emerged with participations of soil4climate’s Seth Itzkan and Karl Thidemann, two promotors of Alan Savory’s holistic grazing management. Thomas Goreau and Joanna Campe, co-authors and co-editors with Ronal Larson of the book Geotherapy, are also involved, with artist Mara Haseltine. Delton Chen, that is launching the Living Systems Economy (LSE) in 2020 and is active with Complimentary Currencies for Climate Change, is in the discussions — Global4C.org, brings a very powerful idea for major investments in various Geotherapies. Delton is championing solar dollar rewards for reducing and sequestering carbon, actions that would be eased thanks to the new currency. But the fresh energy in favor of a Geotherapy Institute comes from Mackenze McAleer and a company he founded called Geonauts, involved with a new field they discovered, gravity-growing. 

Terminology evolution 

Eco-development, sustainable development, industrial ecology, circular economy, agro-ecology, regenerative agriculture and development, carbon neutrality, symbiosis economy, ecological footprint, climatic economy… Hundreds of symposiums, conferences, debates, articles and books, have been organized and published around these themes since the first Stockholm conference on the environment and development in 1972, and, the Planet Earth Summit at Rio in 1992. All these reunions and publications aimed at preventing humanity from destroying the Earth, making it inhabitable. They also tried to imagine alternatives: agriculture that would be organic, technical and social developments that would offer a good quality of life to humans with less impacts on the environment. The road towards those better developments has been called sustainable development in 1987, based on a United Nations five years consulting around the world named the Brundtland Report.

Bio-sourced climate solutions enhancing food security go in that direction. We call these nature-based solutions biogeotherapy. They include holistic grazing management, biochar in agriculture and non-soils biochar uses, deep roots plants as kernza from the Land Institute that store carbon deep underground, compressed wood as a super-material stronger than steel, reintroducing megafauna in the Arctic (bisons and horses, see our previous blog), moving from annual to perennial plants, no-till agriculture with cover crops to feed soils, remineralization of soils… all carbon sinks strategies that steer and lean towards geotherapy. These are some of the solutions the United Nations currently call ‘nature-based climate solutions’ or ‘regenerative development’. When you consider the multi-task cascading co-benefits of some of these concepts and practices, you agree this is the way for healing the Earth, to avoid catastrophic consequences of global warming and climate derangement. With carbon-farming these practices go beyond organic farming, with geotherapy they go beyond sustainable development. Biogeotherapy, one of two branches of Geotherapy, reaps energy from the sun and transforms that energy into food from plants or animals, or, into carbon-negative organic construction materials — maybe soon into batteries storing energy, and, super-capacitors in electronic, green plastics including epoxy. All carbon sinks to rebalance Earth’s carbon cycle. 

Biology will be the driving force towards geotherapy. While some authors use terms as ‘biological engineering’ or even ‘megafauna ecological engineering’, let us underline that biogeotherapy is broadly speaking based on living systems economies. It differs from geoengeneering that is proposing the use of technologically advance artifacts from the techno-sphere, approches to the environmental crisis as solar radiation management, including the fertilisation of oceans. A tension has emerged between those two branches of geotherapy. Many biogeotherapists say geo-engineering is not proven, expensive, even dangerous. They accuse proponents of only attacking the symptoms of the climate derangement, not the causes. Geoengeneering mostly reduces or deviate solar radiations they argue. Biogeotherapists say photosynthesis is THE powerful machine to re-balance Earth’s carbon cycle, invented by nature itself. They also argue we do not have time to develop highly technical solutions that will drain financial ressources.   

Geonauts proposing a Geotherapy Institute

Recently Mackenze McAleer with his father have invented GeoGro, a regenerative, geoponic and geotropic, 3D agricultural cultivation system. Yes, plants grow stronger when they visit gravity head down — a biomimicry as this is what plants do when growing on cliffs. GeoGro can grow plants bigger and more diverse, a feature of interest for NASA in the context of an interplanetary trip. GeoGro is qualitatively the most productive, and efficient, self-contained, geoponic cultivation system on Earth Mackenze says. The system has been shown to increase growth rates 15-25%, to increase productive surface area in a 9000 square foot greenhouse over 315% using vertical, 3D space. It grows more plants, bigger, faster and more nutritious than hydro, aero, or aquaponics Mackenze says.

Geonauts works with Chief of Science, Dr Gary Stutte’s Earth lab in Cape Canaveral  http://synrge.com A recent experiment on the ISS, performed by SpaceX, and Space Tango, was advised by Dr Stutte. Geonauts and Synrge are embarking on a joint venture for an expansion in the Space Life Sciences Laboratory, on the International Space Station, and biotech development in collaboration with global field labs, and innovation centers called GeoGnosis. Geonauts was awarded a US patent on the system several years ago, and plans to develop the garden market, grow and farm consumer products as well as commercial cultivation systems, inputs, services and accessories, do tech trials and expand IP globally through licensing.

GeoGro appears as one more potential strategy for geotherapy with gardens growing inside houses or in very small greenhouses, making food as local as local can be. This is the road through which Mackenze got interested into geotherapy, and suggested a Geotherapy Institute. The proposition comes at a very appropriate time we believe. 

The backbone of geotherapy

As we wrote in previous blogs, geotherapy will be thirty years old in May 2021. Geotherapy was initiated with Dr. Richard Grantham vision of reforesting North Africa, and, the « Colloquium on Modeling and Geotherapy for Global Change », Université Claude Bernard, Lyon, France, 14-17 May 1991. Sadly Richard Grantham got sick and passed away. But his idea was carried on. Thomas Goreau, Ronal Larson and Joanna Campe finally produced a publication in 2015 Geotherapy: Innovative Methods of Soil Fertility Restoration, Carbon Sequestration, and Reversing CO2 Increase. The book presented aspiring geotherapists with some exciting new options: biochar, remineralization of soils, olivine, etc. The book is the result of a Special Session on ‘Geotherapy: Global Needs for Stabilizing CO2 and Climate’, held at the World Conference on Ecological Restoration in Merida, Yucatan, Mexico in August 2011. That session focused on the need for global-scale ecological restoration as the sine qua non for climate change stabilisation. 

When he organized the Colloquium in 1991, Richard Grantham had in mind to influence the coming Rio Conference. On 16 October 1991, he wrote a letter to the Senior Science Advisor of UNCED in Geneva, Dr Hao Quian: « This four pages proposal for a programme in geotherapy has been written in consultation with seven other members of the INQUA Geotherapy group (Note: Thomas Goreau was among them). It thus represents a rapid consensus by the group on the framework for a geotherapy programme. (…) We welcome any opportunity to contribute to the UNCED process. »

INQUA, is the abbreviation for International Union for Quaternary Research founded in 1928 by a group of scientists seeking to improve understanding of environmental change during the glacial ages through interdisciplinary research:

« INQUA’s basic goal is to promote improved communication and international collaboration in experimental and applied aspects of Quaternary research, in order to contribute in practical ways to an evaluation of the scale and rates of global environmental changes during the recent geological past. INQUA considers that a deep knowledge of global developments during the past 2.58 million years (the Quaternary geological period) provides the essential template for assessing the significance of current and predicted global environmental shifts. The Quaternary period witnessed the evolution of modern humans against a back-drop of recurrent advance and retreat of glaciers and continental ice sheets, major oscillations in global sea level, abrupt reorganizations of global meteorological and oceanographic circulation patterns, and a range of other physical and biological adjustments to climate change. »

The letter was sent by Grantham from the Molecular Evolution Institute in Lyon, where Grantham was a molecular biologist that wrote a genome hypothesis. That is to say the backbone of the term geotherapy coined by Grantham in 1991 for the Colloquium on Modeling Geotherapy for Global Changes, was strongly anchored in the scientific world, in Earth’s medicine — Grantham was strongly influenced by the very medical Van Rensselaer Potter’s book Global Bioethics, building on the Leopold Legacy, we will come back on this influence in further blogs. 

Why evolve towards geotherapy?

While we recognize the important role played by sustainable development to promote industrial ecology, circular economy, ecological economic or more recently symbiosis economy, the Geotherapy Institute proposes to evolve towards using increasingly the term Geotherapy. While we do not necessarily share the critics of sustainable development — some going as far as calling the expression an oxymoron — we believe there is indeed an anthropocentric aspect to sustainable development. While decades go by, it becomes problematic. 

Geotherapy is less anthropocentric and more Earth-centric. That is a major shift in humanity’s ‘mental-map’ when looking at our place in nature. The time has come and the intellectual maturity is there, to attack the idea of humanity as master of the Earth. More and more people understand, in particular because of the daily weather they observe, that seeing ourselves as masters of the biosphere is a very dangerous dubious idea. 

Every time the word geotherapy will be pronounced, it will remember users that, not only do we have to respect carbon cycle and ecosystems’ trophic chains, but we have to repair the biosphere. Humanity is a super-intelligent species; everywhere it went for its last 70’000 years out of Africa, it thrived. Yet our ancient ancestors and more recent ancestors ignored that over-hunting big herds of animals or repetitive ploughing of soils, have potentially disastrous consequences. This knowledge is now ours to ‘reverse CO2 Increase’. We have the scientific knowledge for ‘Re-greening Earth and Growing our Way out of the Global Crisis’ (the title of Geotherapy’s conclusive chapter). 

Geotherapy is a term putting under one umbrella numerous solutions to the climate, biodiversity and desertification crisis. Crisis representing as many roads we don’t want to take, while Geotherapy suggests a much more desirable future for humanity and other species in nature.

 

Vers la création d’un Institut pour une géothérapie?

 

Durant les dernières semaines l’idée d’un Institut pour une géothérapie a de nouveau émergée. Seth Itzkan et Karl Thidemann, deux promoteurs de la gestion holistique des pâturages d’Alan Savory participent à la discussion, tout comme Thomas Goreau et Joanna Campe, co-auteurs du livre Geotherapy. L’artiste Mara Haseltine est également du groupe. Participe également Delton Chen, qui lance en 2020 Living Systems Economy et qui est actif avec Complimentary Currencies for Climate Change (des monnaies complémentaires pour lutter contre les changements climatiques) — Global4C.org, apporte une idée forte pour accélérer fortement les investissements favorables à la géothérapie. Elle consiste à récompenser toutes les actions de réduction et la séquestration de carbone par le dollar solaire. Ce nouvel enthousiasme pour un Institut de la géothérapie a été déclenché par Mackenze McAleer de la compagnie Geonauts, une entreprise ayant inventé la culture avec gravité.

Évolution terminologique

Éco-développement, développement durable, l’écologie industrielle, écologie circulaire, agro-écologie, agriculture et développement de régénération, neutralité carbone, économie de symbiose, empreinte écologique, économie climatique… Des centaines de symposiums, de conférences, de débats, d’articles et de livres, sont organisés et publiés autour de ces thèmes depuis la première conférence sur l’environnement et le développement à Stockholm en 1972, et le Sommet de la Terre à Rio en 1992. Ils visent à prévenir la destruction de la Terre par l’humanité, éviter de la rendre inhabitable. Ils ont également tenté d’imaginer des alternatives: une agriculture qui serait biologique, des développements techniques et sociaux offrant une bonne qualité de vie à l’humanité. Fruit d’une consultation de cinq ans des Nations Unies à travers la planète, ce modèle a été appelé développement durable et se fonde sur le Rapport Brundtland publié en 1987.

Les solutions bio-sourcées renforçant la sécurité alimentaire vont dans cette direction. Nous appelons ces initiatives fondées sur la nature biogéothérapie. La gestion holistique des pâturages, le biochar en agriculture et les usages du biochar non-liés aux sols, les plantes à racines profondes comme le kernza du Land Institute qui transporte et dépose du carbon en profondeur, le bois comprimé comme super-matériau plus fort que l’acier, la réintroduction de méga-faune en Arctique (les bisons et le chevaux, voir blog précédent), le passage de plantes annuelles à des plantes vivaces, l’agriculture sans labour avec plantes de couverture pour nourrir les sols, la déminéralisation des sols… autant de puits de carbone nous amenant vers une géothérapie. Ce sont des solutions que les Nations unies appellent aujourd’hui ‘des solutions climatiques fondées sur la nature’ ou ‘développement de régénération’. Lorsqu’on considère les tâches multiples avec co-bénéfices en cascade de certains de ces concepts et pratiques, on identifie dans ces pratiques la guérison potentielle de la Terre permettant d’éviter les conséquences catastrophiques du réchauffement planétaire et du dérèglement climatique. Ces pratiques vont au-delà de l’agriculture biologique avec une agriculture fondée sur le taux de carbone des sols, au-delà du développement durable avec la géothérapie. La biogéothérapie, une des deux branches de la géothérapie, récolte l’énergie du soleil et la transforme en nourriture sous forme de plantes et d’animaux, ou, en matériaux de construction organiques et négatifs en carbone — bientôt peut-être en piles emmagasinant l’énergie, ou, en super-condensateurs dans l’électronique, ou même en plastiques et résines d’époxy. Tout cela en ré-équilibrant le cycle du carbone de la Terre. 

La biologie sera la force vers une géothérapie. Alors que certains auteurs utilisent des termes comme ‘ingénierie biologique’ ou même ‘ingénierie écologique fondée sur la méga-faune’, soulignons que de façon générale la biogéothérapie est fondée sur les systèmes vivants. C’est une approche distincte de la géo-ingénierie. Cette dernière propose l’utilisation de solutions s’appuyant sur la technosphère, des artefacts pour lutter contre la crise environnementale comme la gestion des radiations solaires, en outre par la fertilisation des océans. Des tensions entre les précurseurs des deux approches ont émergées. Nombre de biogéothérapistes affirment que la géo-ingénierie n’est pas prouvée, onéreuse et dangereuse. Ils accusent ses défenseurs de ne s’attaquer qu’aux symptômes du dérèglement climatique, et non aux causes. La géo-ingénierie se limiterait surtout à réduire ou dévier les radiations solaires disent-ils. Les biogéothérapistes affirment que la photosynthèse est une puissante machine pour ré-équilibrer le cycle du carbone de la Terre, et qu’il a été inventé par la nature elle-même. Ils débattent également du temps requis au développement de solutions hautement techniques captatrices de précieuses ressources financières.    

Geonauts propose un Institut pour la géothérapie

Récemment Mackenze McAleer et son père ont lancé GeoGro, un système de culture en 3D, régénératif, geologic et géotropique. Oui les plantes croient plus fortes lorsqu’elles visitent la gravité, tête en bas. GeoGro est une forme de bio-mimétisme des plantes sur les falaises. GeoGro peut faire croitre plus de variétés, plus vigoureuses, une caractéristique qui intéresse la NASA dans le contexte d’un voyage interplanétaire. Selon Mackenze, GeoGro est qualitativement le système géoponic de culture sur Terre le plus productif, le plus efficace et autonome. Le système a démontré un croissance accrue de 15-25%, une surface productivité accrue de 315% dans une serre de 9000 pieds carrés en vertical, 3D. Les plantes sont plus nombreuses, plus volumineuses, elles poussent plus rapidement, et, avec plus de nutriments que l’hydro, l’aéro, ou l’aquaponic selon Mackenze. 

Geonauts travaille avec le Chef scientifique Dr Gary Stutte du Earth lab à Cape Canaveral http://synrge.com Une expérience récente sur l’ISS, réalisée par SpaceX, et Space Tango, a reçu les conseils de Dr. Stutte. Geonauts et Synrge se lancent dans une co-entreprise pour l’expansion d’un Laboratoire des sciences vivantes dans l’espace, sur la Station spatiale internationale, et le développement de la biotech en collaboration avec un laboratoire sur les enjeux terrestres et des centres innovants appelés GeoGnosis. Geonauts a reçu un brevet pour le système il y a quelques années, et prévoit le développement sur Terre de jardins, la production et la culture de produits pour les consommateurs et des systèmes commerciaux, des intrants, des services et des accessoires, des essaies techniques et l’élargissement de ses propriétés intellectuelles par des licences.  

GeoGro apparait comme une stratégie potentielle supplémentaire pour une géothérapie, avec des jardins intérieurs dans les habitations ou dans de petites serres, produisant une nourriture on ne peut plus locale. C’est de cette manière que Mackenze s’est intéressé au mot géothérapie et propose la création d’un institut. Nous pensons que la proposition vient à un moment très approprié.

La colonne vertébrale d’une géothérapie

Comme nous l’avons écrit dans des blogs précédents, le concept de géothérapie aura 30 ans en mai 2021. L’idée fut initiée par la vision du Dr. Richard Grantham de reboiser l’Afrique du Nord, et, le « Colloquium on Modeling and Geotherapy for Global Change » à l’Université Claude Bernard à Lyon en France du 14 au 17 mai 1991. Tristement Richard Grantham est tombé malade et est décédé. Mais son idée fut poursuivie. Thomas Goreau, Ronal Larson et Joanna Campe produisirent en 2015 Geotherapy: Innovative Methods of Soil Fertility Restoration, Carbon Sequestration, and Reversing CO2 Increase. Le livre présente aux aspirant géothérapistes de nouvelles options enthousiasmantes: le biochar, la re-minéralisation des sols, l’olivine, etc. Le livre résulte d’une session spéciale ‘Géothérapie: les besoins pour stabiliser le CO2 et le climat’, tenue à la Conférence mondiale sur la restauration écologique à Mérida, Yucatan, au Mexique en août 2011. Elle était centrée sur le besoin de restaurations écologiques à l’échelle planétaire comme sine qua non à la stabilisation du climat. 

Lorsqu’il organisa le Colloque en 1991, Richard Grantham avait à l’esprit la Conférence de Rio. Le 16 octobre 1991, il écrivit une lettre au Conseiller scientifique pour la science de la CNUED à Genève, Dr Hao Quian: « Notre proposition de quatre pages pour l’établissement d’un programme en géothérapie a été écrit en consultation avec sept membre du groupe INQUA Géothérapie (note: Thomas Goreau était l’un d’eux). Elle représente donc un consensus immédiat du groupe pour le cadre d’un programme de géthérapie. (…) Nous nous réjouissons de toute occasion nous permettant de contribuer au processus CNUED. »

L’abréviation INQUA en anglais réfère à l’Union internationale pour la recherche quaternaire fondée en 1928 par un groupe de scientifiques cherchant à améliorer la compréhension des changements environnementaux au cours des âges glacières par une recherche interdisciplinaire: 

« L’objectif premier de l’INQUA est de promouvoir la communication et la collaboration internationale sur les aspects expérimentaux et appliqués de la recherche quaternaire. INQUA considère qu’une connaissance approfondie des développements planétaires au cours de 2.58 millions d’années (la période géologique quaternaire) fournit la modèle idéal pour évaluer la signification des évolutions environnementales de la Terre annoncées. La période quaternaire a été le témoin de l’évolution de l’humanité moderne avec en toile de fond l’avancée et le retrait de glaciers et de calottes glacières continentales, des oscillations majeures du niveau de la mer de la planète, de la réorganisation de modèles de circulation météorologiques et océaniques, et d’une série d’autres ajustements physiques et biologiques au changement climatique. » 

La lettre fut envoyée par Grantham depuis l’Institut de l’évolution moléculaire à Lyon, là où Grantham était un biologiste moléculaire, connu pour son hypothèse du génome. La toile de fond du mot géothérapie que Grantham imagina en 1991 était le Colloque pour définir la géothérapie en réponse aux changements planétaires. Il était fortement ancré dans le monde scientifique, en particulier la médecine planétaire. Grantham fut grandement influencé par le livre d’inspiration médicale de Van Rensselaer Potter Global Bioethics, building on Leoport Legacy — nous reviendrons sur cette influence dans un prochain blog. 

Pourquoi évoluer vers l’utililsation du mot géothérapie?

Bien que nous reconnaissons le rôle joué par l’expression développement durable pour la promotion de l’écologie industrielle, de l’économie circulaire, de l’économie écologique et plus récemment de l’économie symbiose, l’Institut pour une géothérapie propose une évolution vers un usage accru de géothérapie. Bien que nous ne partageons pas nécessaire les critiques adressées au développement durable — certaines allant jusqu’à qualifier l’expression d’oxymoron — nous croyons qu’il y a un aspect anthropocentrique dérangeant à l’expression. Alors que les décennies passent, cet aspect devient problématique.  

La géothérapie est moins anthropocentrique et davantage Terre-centrique. C’est là un déplacement majeur de la ‘carte psychologique’ de l’humanité, concernant sa place dans la nature. Le temps est venu et la maturité intellectuelle est là, pour attaquer l’idée que l’humanité est maître de la Terre. De plus en plus de gens comprennent, en particulier du fait des ‘conditions climatiques observées’, que notre perception comme maître de la biosphère est une idée douteuse et très dangereuse. 

À chaque fois que le mot géothérapie sera prononcé, son usage constituera un rappel aux usagés: non seulement l’humanité doit respecter le cycle du carbone et les chaînes trophiques des écosystèmes, mais nous devons réparer la biosphère. L’humanité est une espèce super-intelligente; où qu’elle fusse allée depuis sa sortie de l’Afrique il y a 70’000 ans, elle a prospéré. Or nos ancêtres ancients comme ceux plus proches de nous, ignoraient que de chasser de grands troupeaux d’animaux à l’excès, ou de labourer à répétitions les sols, a des conséquences potentiellement désastreuses. Ce savoir est aujourd’hui le nôtre, il permet ‘d’inverser l’augmentation du CO2’. La science pour ‘Re-verdir la Terre et tracer notre chemin vers une sortie de la crise planétaire’, le titre du chapitre conclusif de Geotherapy, est disponible.

Geotherapy est un terme qui met sous un seul parapluie de nombreuses solutions aux crises climatique, de la biodiversité, et, de la désertification. Des crises représentant autant de routes que nous ne voulons pas prendre, alors qu’une géothérapie propose un avenir beaucoup plus désirable, pour l’humanité, et les autres espèces de la nature. 

One thought on “32) Towards a Geotherapy Institute? // Vers la création d’un Institut pour une géothérapie? (en français plus bas)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s